Offres et demandes Travail Indépendant Orientation professionnelle ANETI 244 connectés
ANETI
Recherche   Recherche avancée     
Présentation et services
Le réseau de l’ANETI
Indicateurs de l’ANETI
Les conseillers de l’emploi
Coopération Internationale
Appel d’Offres de l’ANETI
Consultations CEFE
Accès aux documents administratifs
Documents en ligne
Outils et Flux RSS
Archives des articles de presse
Faites-nous part de vos commentaires
 
Acces Membre
Login
Password
Candidat Entreprise
Devenir Membre
Mot de passe oublié?
Annuler mon inscription
 
Acces rapide
Offres d’emploi
Demandeurs d’emploi
Avis de concours
Annonces de presse
Handipass
Inventaire d’intérêt
Etes-vous satisfaits?
Outils et Flux RSS
Emploi International
Offres d’emploi KARAMA

Notre page Facebook  Notre chaine Youtube

Accés Au Documments

Formation Professionnelle et Emploi en Tunisie

Barre d'outils d'ANETI
 

Vous êtes ici : Accueil

Actualités
Date : 23/11/2017
Investissement : La Tunisie, plateforme vers l’Afrique des entreprises étrangères?

Le rêve est très souvent caressé par les responsables tunisiens. Il est peut-être en passe de se réaliser : de plus en plus d’entreprises étrangères s’implantent en Tunisie pour en faire leur plateforme vers l’Afrique subsaharienne. Le phénomène ne date pas d’aujourd’hui, mais tend à s’accentuer au fil des ans. Il est le fait d’entreprises françaises en grande partie, mais des investisseurs venant d’autres pays, principalement européens, commencent à leur emboîter le pas.

Présente en Tunisie depuis janvier 2012 (à travers Business Développement Solutions Services “BDS SERVICES“, spécialisée dans la maintenance d’équipements et d’installations), la société Studia a décidé d’en faire sa base pour l’Afrique.

En effet, cette entreprise de droit français, dix mois après y avoir implanté une deuxième filiale, en a créé une troisième début octobre 2017. Baptisée Studia Afrique, elle est dirigée par Olivier de La Fargue et Jean-Louis Dupouy. Cette dernière initiative semble être le fruit, au moins en partie, de la participation de ce groupe, à travers Studia Tunisie, au Salon international des TIC «SITIC AFRICA 2017», en avril dernier. Car le groupe Studia est actif dans ce secteur et spécialisé, plus précisément, dans le conseil services spécialisé dans le management de contenus (ECM) et l’ingénierie documentaire en environnement complexe.

Avec ses 11 sites en France, employant plus de 350 experts salariés, le groupe réalise un chiffre d’affaires de 22 millions d’euros.

L’expertise sectorielle de Studia couvre quatre domaines : énergie, industrie, tertiaire/public et défense. Son expertise métiers s’étend au conseil, ingénierie, transition digitale et services associés.

Actif lui aussi dans le secteur des TIC, mais spécialisé dans la sécurité des systèmes d’information, le groupe Intrinsec (Intrinsec SécuritéCloud Temple et Netixia), devenu Dragonfly en 2016, a lancé, deux ans plus tôt, la société Intrinsec Afrique, spécialisée dans la sécurité informatique, l’infogérance et le Cloud Computing, en partenariat avec Poulina Group Holding (PGH).

En mai 2014, les deux partenaires avaient mis sur pied Cloud Tample Tunisia (CTT), une société spécialisée dans le cloud computing.

La Tunisie est également perçue comme un bon tremplin vers le continent subsaharien par des entreprises opérant dans d’autres secteurs. Deux entreprises suisses ont cette vision et l’ont concrétisée, Dufry et Swisspearl.

Considérée comme le leader mondial de la distribution spécialisée dans les boutiques hors taxes, Dufry a implanté la Société Dufry Afrique Services aux Berges du Lac Nord.

Spécialisée dans les plaques de fibres-ciment spécialement conçues pour le design d’intérieur de haute qualité, Swiispearl a planté son drapeau à Sfax en créant Swisspearl Afrique, dédié au commerce de produits divers en gros.

Last but not least, Aromatech Group a installé Aromatique Afrique en Tunisie dès … 1992. C’est sa première filiale africaine et l’unique à ce jour. Une filiale qui, de l’aveu même de ce groupe français, «connaît un succès grandissant, dans une économie tunisienne en plein essor». La preuve en est qu’Aromatech Afrique a fait des petits, en l’occurrence un réseau d’agents dans sept autres pays d’Afrique du Nord (Maroc, Libye et Egypte) et subsaharienne (Côte d’IvoireMadagascarRwanda et Sénégal).

Source:www.webmanagercenter.com

   

Dernière mise à jour
15/12/2017 a 17:01

 
Acceuil Plan du site Imprimer FAQ Liens utiles Suggestions FAQ
Etes-vous satisfaits Contact Suggestions En langue arabe English version Liens utiles Questions fréquemment posées Plan du site Accueil
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!