Dans son intervention en vidéo-conférence diffusée à l’ouverture des travaux du 22ème forum FUTURALLIA TUNISIA 2018 le responsable français a souligné que la formation et l’emploi des jeunes sont une priorité pour la France et la Tunisie.

Dans ce contexte, il a rappelé la mise en place d’un fonds d’urgence de 50 millions d’euros (environ 164 millions de dinars) piloté par l’Agence française de développement et qui permet, d’ores et déjà, de financer les projets innovants dans le domaine du numérique où il y’a, selon le secrétaire d’Etat, une jeunesse tunisienne bien formée et bien armée pour innover et créer les nouvelles applications de l’environnement numérique de demain.

“Nous souhaitons être aux côtés des PME et PMI tunisiennes pour les aider à se développer et c’est là le sens de la ligne de crédit à hauteur de 30 millions d’euros (environ 97 millions de dinars) en faveur de ces entreprises actives dans tous les secteurs et qui leur permet de bénéficier de prêts à des taux très favorables pour acheter des biens et des services en France ou en Tunisie outre la possibilité de bénéficier de formation professionnelle grâce à une enveloppe de 6 millions d’euros de dons (19,6 millions de dinars”, a-t-il ajouté.

Pour le responsable français le forum FUTIRALLIA constitue une excellente opportunité pour mettre en valeur toutes les initiatives et nouer des partenariats favorisant la création d’emplois.

C’est une occasion pour les entrepreneurs des quatre coins du monde de se réunir et d’avoir toutes les informations et les contacts nécessaires pour le développement de leurs activités à l’échelle internationale, a noté de son côté, Françoise Vilain, présidente de Futurallia Association, rappelant l’association est un réseau d’acteurs publics et privés, présent dans une quarantaine de pays et est capable de réunir les chefs d’entreprises pour établir des stratégies d’alliance.

Pour sa part, François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME)-France, a estimé que le succès économique d’un pays ne peut se réaliser sans le succès économique du secteur marchand constitué à 90% des PME et TPE. “Sans la réussite de ces entreprises qui sont souvent patrimoniales, un pays ne peut pas réussir économiquement”, a-t-il soutenu.

Il a par ailleurs, mis l’accent sur l’importance de l’appui du pouvoir exécutif qui doit consacrer l’environnement favorable au développement économique des entreprises.

Plus de 650 entreprises tunisiennes et étrangères venant de 30 pays prennent part au forum FUTUALLIA TUNISIA 2018 et plus de 6000 rencontres B2B entre les opérateurs économiques sont programmées en marge de cet événement, selon les organisateurs.