Offres et demandes Travail Indépendant Orientation professionnelle ANETI 170 connectés
ANETI
Recherche   Recherche avancée     
Présentation de l’ANETI
Le réseau de l’ANETI
Les sevices en ligne
Indicateurs de l’ANETI
Les conseillers de l’emploi
Coopération Internationale
Les experts de l’ANETI
Consultations de l’ANETI
Appel à candidatures
Projet BAD  
Appels d’offres et résultats
Consultations CEFE
Accès à l’information
Formulaires à télécharger
Outils et Flux RSS
Archives des articles de presse
Faites-nous part de vos commentaires
 
Acces Membre
Login
Password
Candidat Entreprise
Devenir Membre
Mot de passe oublié?
Annuler mon inscription
 
Acces rapide
Offres d’emploi
Demandeurs d’emploi
Avis de concours
Annonces de presse
Handipass
Inventaire d’intérêt
Etes-vous satisfaits?
Outils et Flux RSS
Emploi International
Offres d’emploi KARAMA
Projet BAD  

Notre page Facebook  Notre compte twitter  Notre page Linkedin   Notre compte Instagram   Notre chaine Youtube

Accés Au Documments

Formation Professionnelle et Emploi en Tunisie

Barre d'outils d'ANETI
 

Vous êtes ici : Accueil

Actualités
Date : 10/04/2019
Initiative Tunisienne pour l’emploi inclusif expanding opportunities

Depuis septembre 2012, Global Fairness Initiative (GFI) et l'Association tunisienne pour le management et la stabilité sociale (TAMSS) ont lancé l’Initiative Tunisienne pour l’Emploi Inclusif (TILI) en réponse au défi de l'informalité enracinée en Tunisie, Le programme TILI a adopté une approche multipartite et consensuelle  impliquant les travailleurs informels, le secteur privé, la société civile et les institutions publiques.

Le projet TILI se veut comme une initiative  pour apporter des changements significatifs au problème de l’informel. Dans une première phase, nous avons commencé par diagnostiquer la situation de l’emploi informel en Tunisie à travers la première enquête  sur l’emploi informel, suivi de l’élaboration d'une feuille de route permettant de  l’intégration des travailleurs informels dans l'économie formelle en Tunisie en rassemblant les différentes  parties prenantes du gouvernement, de la société civile, du mouvement syndical et d'autres parties. Cette approche multipartite a jeté une base solide pour les activités  ultérieures, et plusieurs de ces parties prenantes continuent à être des partenaires importants dans notre travail aujourd'hui.

Dans une deuxième phase, TILI a réussi à implémenter certaines recommandations de la feuille de route entre autre la formation  des travailleurs informels, la montée en compétences des représentants des différentes structures publiques ( emploi, CNSS, finance, ONA, affaires sociales, inspection du travail…), ONG, IMF, unions…pour mieux accompagner et appuyer les travailleurs informels. Egalement, des structures d’accompagnement et d’encadrement ont été crées telles que le guichet unique au Kef  qui fournit aux travailleurs informels des informations et un encadrement sur la façon de formaliser leurs activités,  ou la création de cinq associations de travailleurs informels qui dialoguent avec les autorités locales au nom de leurs membres. Les impacts de ces initiatives ont été directement ressentis par les travailleurs informels à travers le pays, et le discours qui a émergé du plaidoyer de TILI et de ses activités a mis en évidence l'informalité en Tunisie.

Dans nos efforts visant à aider les travailleurs informels à travers la Tunisie à formaliser leurs activités et à accéder aux prestations et aux protections gouvernementales, les travailleurs  continuent à faire face à maintes reprises à des défis qui semblaient insurmontables. À l'heure actuelle, la structure fiscale de la Tunisie n’est pas en mesure d’accueillir de nombreux travailleurs informels dans le pays, quelle que soit leur volonté de participer. La Tunisie est encore dans une période de transition, et si cela signifie que le pays continue à faire face à des difficultés économiques, cela signifie également qu'il existe des opportunités pour les surmonter. A l’instar du projet de loi de l’auto entrepreneur qui offrira de nouvelles opportunités aux entrepreneurs à travers le pays, aussi bien formels qu’informels.

Ce projet de loi est le résultat des efforts persistants et de la coopération entre plusieurs ministères avec la société civile et des experts locaux et internationaux et favorisera un changement positif.

Objectifs du projet TILI

Le projet vise  à promouvoir les conditions du travail décent et de l’accès  à la protection sociale et aux services publics  pour les travailleurs informels à travers la création d’un cadre juridique et économique plus inclusif. 
Population cible: travailleurs informels: salariés et indépendants .        

  • N’ayant pas de statut légal
  • accès à la sécurité sociale et à  la couverture médicale.
  • Ne  déclarent pas leurs revenus et ne payent pas d’impôts

Au cours des cinq dernières années, le projet TILI a réalisé la première enquête sur l’emploi informel en Tunisie et a mis en place en collaboration avec ses partenaires une feuille de route pour la formalisation. Certaines recommandations ont alors été mises en place ou lancées sur le terrain tel que la création d’associations des travailleurs informels, le contrôle des activités informelles par les inspecteurs de travail,et la conception d’un module de formation de formateurs sur la formalisation en collaboration avec les structures du ministère de la formation professionnelle et de l’emploiTILI a développé un partenariat solide et collaboratif avec le ministère de de la formation professionnelle et de l’emploi, qui a permis d’inclure la formalisation dans le plan stratégique 2016-2020 du ministère de l'Emploi.

Le projet TILI EO (Tunisian inclusive labor initiative – expandingopportunities) est une continuité du projet TILI qui s’étale sur deux ans et demi (octobre 2017- mars 2020 ) et a pour objectifs :

  • Créer de nouvelles politiques gouvernementales, des incitations et des mécanismes qui soutiennent la formalisation.
  • Renforcer les capacités et les compétences du gouvernement et de la société civile afin qu'elles puissent mieux soutenir les travailleurs informels dans la gestion du processus de formalisation.
  • Améliorer la sensibilisation et l'engagement du public sur la formalisation.

Activités (réalisées en gras)

  • Rédiger un nouveau cadre juridique pour travailleurs informels avec procédures claires et incitations : le projet de loi de l’auto entrepreneur
  • Le développement approches sectorielles est une activité visant à créer un plan clair pour face informalité dans chaque secteur cible avec participation des parties prenantes mêmes qui seraient plus activement impliqués dans la mise œuvre de ce plan via des stratégies adéquates.
  • Le lancement de compagne médiatique nationale en collaboration avec le ministère de l’emploi pour mettre en évidence l’importance les avantages et des nouvelles politiques qui soutiennent la formalisation.
  • Développer les outils de formation et d’encadrement et de matériel par des procédures et manuels de coaching crées pour le ministère de l’emploi.
  • Former les agents d'emploi et les OSC sur formalisation.Les formations cibleront 60 conseillers à l'emploi et 40 membres des OSC à travers sept sessions de formation de cinq jours chacune.
  • Formation des travailleurs informels, au moins 1000 travailleurs informels seront formés par la ministère de l’emploi au cours TILI-EO dont 300travailleurs informels formalisent leurs activités.
  • Engager et soutenir les institutions de microfinance dans la formation de leurs clients à la formalisation.
  • 10 guichets uniques, mis en place avec le ministère de l'Emploi pour continuer le guichet unique au Kef qui va former plus que 250 travailleurs informels, fourniront un encadrement individuel à 100 personnes et formaliseront au moins 75.
  • Former les associations, les ONG locales et les autorités locales à la boîte à outils du dialogue local, au moins 25 représentants des travailleurs informels et des ONG de quatre régions différentes seront formés sur la boîte à outils du dialogue local
  • Former les autorités locales à des communications efficaces et à l'engagement du public, au moins 45 autorités locales et OSC recevront une formation sur la communication et l'engagement du public
  • Continuation des dialogues locaux, 15 dialogues locaux ont eu lieu ( en cours)

Source:www.leaders.com.tn

   

Dernière mise à jour
07/12/2019 a 23:34

 
Acceuil Plan du site Imprimer FAQ Liens utiles Suggestions FAQ
Etes-vous satisfaits Contact Suggestions En langue arabe English version Liens utiles Questions fréquemment posées Plan du site Accueil
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!