Offres et demandes Travail Indépendant Orientation professionnelle ANETI 57 connectés
ANETI
Recherche   Recherche avancée     
Présentation de l’ANETI
Le réseau de l’ANETI
Les sevices en ligne
Indicateurs de l’ANETI
Les conseillers de l’emploi
Coopération Internationale
Les experts de l’ANETI
Consultations de l’ANETI
Appel à candidatures
Projet BAD  
Appels d’offres et résultats
Consultations CEFE
Accès à l’information
Formulaires à télécharger
Outils et Flux RSS
Archives des articles de presse
Faites-nous part de vos commentaires
 
Acces Membre
Login
Password
Candidat Entreprise
Devenir Membre
Mot de passe oublié?
Annuler mon inscription
 
Acces rapide
Offres d’emploi
Demandeurs d’emploi
Avis de concours
Annonces de presse
Handipass
Inventaire d’intérêt
Etes-vous satisfaits?
Outils et Flux RSS
Emploi International
Offres d’emploi KARAMA
Projet BAD  

Notre page Facebook  Notre compte twitter  Notre page Linkedin   Notre compte Instagram   Notre chaine Youtube

Accés Au Documments

Formation Professionnelle et Emploi en Tunisie

Barre d'outils d'ANETI
 

Vous êtes ici : Accueil

Actualités
Date : 26/04/2019
Formation professionnelle et emploi: Les atouts gagnants

L’emploi est plus que jamais au cœur du développement économique et social des nations,   l’emploi des jeunes en Tunisie constitue, l’alpha et l’oméga de toutes les stratégies  nationales pour résorber le chômage,  il préoccupe toutes les structures de l’Etat.

Des plans  sont initiés par les autorités de tutelle, des projets nationaux et internationaux sont engagés pour insérer les jeunes dans le monde du travail, le dernier des programmes internationaux , s’est étalé sur 28 mois (  janvier 2017- avril 2019), il porte sur l’employabilité des jeunes demandeurs d’emploi, et a pour titre « Jeune et employabilité », résumé en un mot  Jemp.  Financé par le Royaume des Pays Bas à hauteur de 2 millions de dollars,  et  mis en œuvre par l’OIT, son action vise l’employabilité des jeunes dans quatre gouvernorats où le chômage des jeunes est sensiblement élevé : Béja, Jendouba, Siliana et le Kef. 

Mercredi, 10 avril. Fin de parcours, Grand-messe et cérémonie de clôture de Jemp, les responsables du Bureau International du Travail (BIT), les conseillers de l’Agence Nationale pour l’Emploi et le Travail indépendant ( ANETI), les bailleurs de fonds, les coachs, les formateurs, les cadres du ministère de tutelle,  les membres de l’UGTT, de l’UTICA , les bénéficiaires du programme, tous,  affichaient une mine de satisfaction .
 
Les chiffres

« Le programme a tenu ses promesses, c’est une success-story pour l’Afrique, imaginez les réalisations : plusieurs guides d’accompagnement et deux plateformes digitales de  e-Learning en soft skills 38 coachs engagés et formés pour la formation et le coaching en Soft skills et éducation financière, 8 clubs de chercheurs d’emploi mis en place, 430  conseillers de l’ANETI formés, 20 formateurs de formateurs en soft skills certifiés, plus de 6000 jeunes formés et coachés . Nous apprend  Nawel  Marzouki, coordinatrice nationale et cheville ouvrière du projet.  

 Les intervenants, chacun de son côté, n’ont pas manqué de signaler les corollaires immédiats et les conséquences  incontestables de ce projet.  « Jemp est un modèle du genre, il apportera des changements, à court et moyen terme, pour l’accès à l’emploi des jeunes en particulier, dans la région pilote du Nord Ouest, le demandeur d’emploi ne sera  plus inactif, disposant d’outils et de formation, il se transformerait en acteur, opérateur dans le monde du travail, ceux qui ont bénéficié de ce programme disposent d’avantages précieux pour monter leur entreprise… » ? déclare Mme Ounissi, ministre de la Formation professionnelle et de l’Emploi. 

Les contenus et les atouts du programme ?

Qu’est ce que les soft skills ?  «  Les soft skills ou compétences transversales sont  les acquisitions des  « savoirs » comportementaux, elles   désignent les aptitudes personnelles démontrant un haut degré d'intelligence émotionnelle comme le travail en équipe, la gestion des conflits, l'adaptation au changement »  explique  Nawel Marzouki.
 
Dans un premier  temps, en dotant les institutions concernées par l’emploi, de services de conseil et d’accompagnement de coaching en soft skills, plus adaptés aux besoins du marché du travail,  JEMP rend la démarche singulière et déterminante en faveur de l’employabilité des jeunes. A travers ce programme, l’OIT signe une fois encore son engagement pour la promotion de l’emploi en Tunisie. 
 
Comment les softs skills répondent-ils  aux exigences de l’entreprise moderne et du marché du travail d’aujourd’hui ?  Mohamed Ali Dayahi, directeur de l’OIT pour les pays du Maghreb, répond en  filant la métaphore  « ce sont des outils, une forme de visa qui permet  aux bénéficiaires de cette formation de pénétrer plus  facilement  le monde du travail, mieux,  de démarrer et créer sa propre affaire… ».

D’un projet à l’autre

Parmi, les indiscrétions, on apprend qu’un projet est en cours pour développer l’emploi, il concernerait quatre autres gouvernorats, plus important, dans son allocution, M. Ton Lansink, ambassadeur du Royaume des Pays Bas, annonce une surprise de taille, son pays finance un nouveau projet de l’ordre de 50 millions d’euros qui seront alloués à un projet dans le secteur de l’agriculture et l’agroalimentaire. Un  signe évident et révélateur de la réussite de Jemp.  

Source:www.webmanagercenter.com

   

Dernière mise à jour
15/12/2019 a 23:32

 
Acceuil Plan du site Imprimer FAQ Liens utiles Suggestions FAQ
Etes-vous satisfaits Contact Suggestions En langue arabe English version Liens utiles Questions fréquemment posées Plan du site Accueil
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!