Offres et demandes Travail Indépendant Orientation professionnelle ANETI
ANETI
Recherche   Recherche avancée     
Présentation de l’ANETI
Le réseau de l’ANETI
Les sevices en ligne
Les Programmes d’Encouragement à l’Emploi
Les conseillers de l’emploi
ANETI Tkawen
R.T.M.C: Référentiel Tunisien des Métiers et des Compétences
Indicateurs de l’ANETI
Appels d’offres et résultats
Coopération Internationale
Les experts de l’ANETI
Projet BAD
Consultations CEFE
Accès à l’information
Formulaires à télécharger
Outils et Flux RSS
Archives des articles de presse
Faites-nous part de vos commentaires
 
Acces Membre
Login
Password
Candidat Entreprise
Devenir Membre
Mot de passe oublié?
Annuler mon inscription
 
Acces rapide
Offres d’emploi
Demandeurs d’emploi
Avis de concours
Annonces de presse
Handipass
Inventaire d’intérêt
Etes-vous satisfaits?
Outils et Flux RSS
Emploi International
Offres d’emploi KARAMA
Projet BAD
Les programmes d’encouragement à l’emploi des jeunes
ANETI Tkawen
Les Programmes d’Encouragement à l’Emploi

Notre page Facebook  Notre compte twitter  Notre page Linkedin   Notre compte Instagram   Notre chaine Youtube

Accés Au Documments

Formation Professionnelle et Emploi en Tunisie

Barre d'outils d'ANETI
 

Vous êtes ici : Accueil

Actualités
Date : 25/11/2019
11.000 opportunités de travail chez 7.000 entreprises au Qatar, et un QVC pour visas gratuits

«Excusez-moi, nous sommes préoccupés par les grandes réformes, et pas à la recherche de fauteuils». Ainsi parlait le ministre en charge des Grandes réformes et ministre de l’Emploi par intérim, Taoufik Rajhi sur sa page des réseaux sociaux, avec cette photo d’un ministre pensif et soucieux. Il répondait ainsi, à sa manière, à ceux qui «l’accuseraient» de se soucier plus de son avenir ministériel que de son présent de ministre à double casquette. En attendant, Rajhi travaille.

Le ministre de la Formation professionnelle et de l’emploi par intérim recevait, il y a trois jours, une forte délégation qatarie. Elle était conduite par un vice-ministre qui chapeautait les 3 ministères, de la fonction publique, des affaires sociales et celui de l’emploi. L’idée était de chercher des débouchés pour les Tunisiens au Qatar.

  • Onze mille opportunités non utilisées

Ce pays du Golfe dispose, à l’image des Européens, d’une politique de migration qui régule les flux d’employés entrants. Et c’est l’Etat qatari qui détermine, chaque année, les quotas d’importation de main d’œuvre, dont la qualifiée, pour les entreprises qataries qui en font la demande. Il fixe le nombre et les pays de provenance, délivre les visas et donne la résidence, en conséquence. «On discutait de l’augmentation, et même du doublement du quota pour la Tunisie et il était d’accord, pour cause de bonne qualité de notre main d’œuvre», a indiqué le ministre à Africanmanager. Et d’ajouter que « il m’a fait remarquer que le Qatar avait déjà donné son accord, pour 11 mille Tunisiens, pour des besoins déjà identifiés par des entreprises qataries, mais que ce quota n’a jamais été utilisé».


Selon le ministre, ce qui fait perdre aux Tunisiens ces opportunités de travail, serait l’absence de structure de matching de profils, entre offre et demande. L’Aneti (Agence nationale de l’emploi et le travail indépendant), cette structure censée faire la promotion de la main d’œuvre tunisienne à l’étranger et des opportunités offertes pour les Tunisiens, ne disposerait que d’une seule personne pour le faire au Qatar. Il y aurait, aussi, 25 entreprises privées en Tunisie, autorisées par le ministère à faire ce matching, mais peu efficaces, et surtout souffrant d’une image déjà entachée par plusieurs cas d’arnaque à l’emploi.

Source:https://africanmanager.com/

   

Dernière mise à jour
21/10/2020 a 17:52

 
Acceuil Plan du site Imprimer FAQ Liens utiles Suggestions FAQ
Etes-vous satisfaits Contact Suggestions En langue arabe English version Liens utiles Questions fréquemment posées Plan du site Accueil
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!